Plan de réforme: 98% de l'argent des déposants seront retenus, assure Diab – Julien ABI RAMIA

Le Premier ministre libanais Hassane Diab a tenté de rassurer les Libanais jeudi soir après avoir été soupçonné la semaine dernière d'un projet de plan de réforme divulgué préparé par le gouvernement alors que la pire crise économique du Liban progressait depuis 30 ans, déclarant dans un discours télévisé que 98% des déposants évitaient une réduction des dépôts.

"La situation est difficile et complexe, mais les moyens de subsistance des gens ont leurs propres spécificités et ils ont l'immunité, et personne n'a le droit de toucher leur argent. (…) Je tiens ma promesse ici que jusqu'à 90% des déposants ne verront pas d'impact sur leurs dépôts. Cependant, compte tenu de recherches approfondies et les chiffres de février 2020, je peux dire aujourd'hui que 98% des déposants ne seront pas concernés ". M. Diab dans son discours à la télévision en direct.

Le gouvernement examine actuellement un plan de réformes économiques et financières qu'il devrait adopter pour tenter de sortir de la pire crise économique en 30 ans. Le passage de ce texte réaffirmant la volonté du gouvernement «de ne pas toucher à l’argent de 90% des déposants bancaires» avait fait craindre une éventuelle coupure, c’est-à-dire des comptes d’épargne. Si le plan de sauvetage économique n'a pas encore été formellement élaboré, ce point a provoqué une véritable tempête politique tant dans certaines parties du cabinet que chez ses opposants.

M. Diab a déclaré que le document, publié dans les médias, "n'est qu'un projet en cours de discussion" et qu'il s'est engagé à engager un dialogue avec les membres de la société avant de parvenir à un plan final. "Nous sommes sur la voie d'une solution durable. Nous examinerons d'abord les intérêts des Libanais et des déposants pour alléger le coût des mauvaises décisions passées et des arrangements financiers pour les payeurs aujourd'hui", a-t-il ajouté, condamnant "les intérêts personnels" et "les conflits politiques de groupe, sectaires ou partisans contre un ennemi qui n'existe pas". , guidant les critiques contre leur gouvernement.

(Référence: aperçu du plan que le gouvernement prépare pour réparer le terrain)

Le premier ministre n'a jamais mentionné de coupure possible dans son discours. Le Premier ministre a rappelé que les difficultés économiques ont contraint le pays à faire défaut à ses créanciers, a déclaré le Premier ministre, le ministère des Finances ayant "entamé un processus de contacts avec le Fonds monétaire international", qui, selon lui, a salué le plan de sauvetage économique sans préciser que le Liban recherchait l'aide du FMI.

"Le plan sur la base duquel nous avons lancé un vaste débat comprend un certain nombre de mesures consistant à transformer le déficit budgétaire en excédent et à réduire considérablement la dette de 176% du PIB", a déclaré Diab, ajoutant que ce plan répond aux "pertes subies par le système financier libanais. accumulées au fil des ans pour la première fois dans l'histoire du pays ". "Ces pertes sont venues payer les déposants, en particulier les plus petits", a-t-il déclaré. «J'ai personnellement demandé que la vérification et l'enquête commencerait plusieurs mois avant l'arriver soulèvement 17 Octobre. L'argent est placé dans un fonds spécial, qui est utilisé de manière équitable et transparente, pour remplacer le peuple libanais pour qui cette injustice », at-il ajouté.

(Lire aussi: Ce que le gouvernement a l'intention d'ajouter aux recettes publiques)

Nettoyage progressif?
Evoquant la lutte contre le coronavirus, M. Diab a appelé les Libanais à "être patients", semblant ouvrir la voie à une prolongation de la période de mobilisation générale après le 26 avril, confirmant que le Liban est encore un pas en avant pour Covid-19. Le Liban a enregistré cinq nouveaux cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures, tous au niveau local.

"Nous avons régulièrement insisté sur la nécessité de rester limités et imposé des mesures sociales à distance plus strictes dans l'histoire du Liban. Je vous demande aujourd'hui d'être patient, car la durabilité exceptionnelle des citoyens libanais est primordiale. Un pilier de notre succès", a déclaré le Premier ministre. sa capacité financière très limitée ".

Le chef du gouvernement a confirmé que la deuxième phase du plan de rapatriement des Libanais bloqués à l'étranger se poursuivrait le 27 avril, ajoutant que 1,3% des 2656 Libanais rapatriés avaient montré une image positive de Covid-19 et que 16 000 tests avaient été effectués au Liban, 4 cas confirmés, 5%.

(Lire aussi: "Il a fallu une épidémie si importante que notre travail a été reconnu pour sa véritable valeur")

Pour lutter contre la pandémie, le gouvernement a décidé de prolonger la période de mobilisation générale jusqu'au 26 avril, promulguée le 15 mars et renouvelée pour la première fois le 12 avril. La mobilisation générale ferme tous les commerces nécessaires, l'aéroport de Beyrouth ainsi que les écoles et universités. Le gouvernement a également imposé un couvre-feu de 7 heures à 17 heures, le 26 mars, la dernière mesure étant l'introduction d'une circulation alternative des véhicules. Ce renforcement des mesures a été décidé après avoir constaté que dans plusieurs régions du pays les instructions de naissance étaient suivies. Plus tôt, Diab a interdit au gouvernement de réduire ces mesures, citant la possibilité de prolonger la période de mobilisation générale de deux semaines supplémentaires.

"Malheureusement, de telles mesures ont des coûts financiers importants; c'est pourquoi nous avons discuté d'un plan de relance économique et d'atténuation progressive", a-t-il déclaré, assurant que le gouvernement ne précipitait pas les choses au détriment des Libanais, qui "ont fait preuve d'un engagement ferme". "Cette épidémie a affecté les économies du monde dans le monde. Au Liban, des décennies de crises économiques, économiques et sociales ont empiré et rendu la situation plus difficile et critique", a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, Diab a annoncé un "plan de relance et de sécurité sociale d'une valeur de 1 200 milliards de livres sterling" pour les allégations les plus vulnérables dans la distribution de l'aide qui a commencé aujourd'hui. "Ce montant sera utilisé pour couvrir les charges supplémentaires causées par l'épidémie de coronavirus, pour aider les travailleurs du secteur public au quotidien, pour soutenir le secteur des soins de santé et les agriculteurs, et pour accorder des prêts subventionnés aux petites entreprises industrielles de" l'industrie nationale ", a-t-il déclaré.

Au deuxième niveau, Diab a confirmé aujourd'hui qu'il avait signé des décrets nommant des notaires, des trésoriers du ministère des télécommunications, des gardes forestiers et des pêcheurs au nom du ministère de l'agriculture, promettant de signer des décisions sur la nomination des gagnants de divers tests par le Conseil de la fonction publique. "La logique de l'État doit prévaloir car l'État préserve les droits des personnes et protège les citoyens quelle que soit leur appartenance sectaire", a souligné M. Diab, affirmant que l'État cherche à "créer" des opportunités d'emploi pour les jeunes Libanais afin que le pays ne perde pas de compétences et que la frustration devienne un facteur. ce qui les oblige à changer.

Lire aussi
Quand le diable sort de la boîte, billet de Fifi Abou Dib

Retour: une première étape réussie et une incitation à continuer, Décryptage de Scarlett Haddad

Des militants protestent contre la hausse des prix au ministère de l'économie de Beyrouth

BDL fournit plus d'informations sur les retraits de "petits" dépôts

Faits saillants